On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

vendredi 13 mai 2011

Irena Sendler, la Juste du ghetto de Varsovie


Gloire et honneur aux figures admirables des Justes qui, telle Irena Sendlerowa (Irena Sendler), militante et résistante polonaise, décédée le 12 mai 2008, sauvèrent des milliers de Juifs de l'extermination programmée. A voir son visage joufflu, enfantin presque malgré le grand âge, on voudrait y apposer un bon gros baiser sur la joue. Mais qu'on se trompe, Irena était d'un courage indomptable et, sous son apparence innocente, se dissimulait un être capable d'une ruse extraordinairement intelligente. Gràce à ses actions héroïques, ce sont 2500 enfants qui, en Pologne, furent sauvés des camps d'extermination.
Assistante sociale, Irena travaillait déjà avant la guerre auprès des familles juives pauvres de Varsovie, qui était alors la première métropole juive d'Europe.
Dès l'automne 1940, elle prit des risques considérables pour apporter de la nourriture, des vêtements ou des médicaments aux habitants du ghetto, que les occupants nazis avaient instauré dans un quartier de la capitale.
Irena fut chargée en 1942 par la Commission clandestine d'aide aux Juifs, Zegota, créée par le gouvernement polonais en exil, de diriger le département de l'enfance.
Elle fit alors sortir clandestinement des enfants du ghetto qu'elle hébergeait dans des familles catholiques et des couvents.
Les enfants étaient cachés dans des valises, transportés par des pompiers ou des camions à ordures, ou simplement dissimulés sous les manteaux des personnes qui avaient le droit d'accès au ghetto, comme Irena Sendler et son équipe d'assistantes sociales. Irena dissimulait, par exemple, des enfants dans le fond de sa boite à outils qu’elle transportait à l’arrière de son véhicule, ainsi qu’un grand sac (pour les enfants plus grands). Un chien à l’arrière avait été entraîné à aboyer quand les soldats allemands la contrôlait à l’entrée et à la sortie du ghetto. Les soldats ne pouvaient rien contre le chien qui couvrait le bruit que pouvait faire les enfants.
Arrêtée par la Gestapo le 20 octobre 1943 et brutalement torturée, les nazis lui brisèrent les jambes et les pieds, la laissant infirme à vie, mais elle tint bon et ne livra aucune information sur son réseau. Condamnée à mort, elle fut miraculeusement libérée sur le chemin de l'exécution par un officier allemand que la résistance polonaise avait réussi à soudoyer. Puis, elle continua son combat clandestin sous une autre identité jusqu'à la libération. Après la guerre, elle travailla dans la supervision des orphelinats et des maisons de retraite.
Irena avait conservé les noms de tous les enfants qu’elle avait fait sortir du ghetto, gardés dans une jarre en verre enterrée sous un arbre au fond de son jardin.
A la fin du conflit, elle essaya de localiser les parents qui avaient pu survivre et tenta de réunir les familles, mais la plupart avaient été gazées. Elle transmit la liste des noms et des familles d'accueil qu'elle avait scrupuleusement tenue à Adolf Berman, le président du Comité Juif en Pologne. Grâce à cette liste, les membres du comité réussirent à retrouver environ 2 000 enfants.
Interrogée sur les raisons qui l'avaient poussé à agir ainsi au péril de sa vie, elle se plaisait à répondre : "On m'a éduquée dans l'idée qu'il faut sauver quelqu'un qui se noie, sans tenir compte de sa religion ou de sa nationalité".
Comme de nombreux autres sauveteurs, elle refusait pourtant d'être considérée comme une héroïne. Au contraire. "Je continue d'avoir mauvaise conscience d'avoir fait si peu", disait-elle, à l'instar d'Oscar Schindler.
En 1965, Irena Sendler fut honorée au titre de "Juste parmi les nations" par l'Institut Yad Vashem à Jérusalem. Elle fut proposée pour le prix Nobel de la Paix, l'année où il fut décerné à Al Gore. En 2007, elle fut élevée au rang d'héroïne nationale par le Sénat polonais.


Une Juste : Irena SENDLER- par Herveybay

__________________
Sources :
  • http://tempsreel.nouvelobs.com

  • http://fr.wikipedia.org
  • Enregistrer un commentaire