On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

mardi 16 avril 2019

Notre-Dame de Paris

Effroi d'assister en direct à l'agonie de Notre-Dame, cette incarnation de la beauté absolue, posée comme en élévation dans sa dentelle de pierres et dirigeant vers le ciel nos prières d'homme. Nous avons tant salué son immuable présence, si légère et imposante et toujours humblement hospitalière, que la voir s'embraser dans l'obscurité rougeoyante de Paris est comme une déchirure insensée dans le tissu quotidien de la vie et une immense tristesse nous monte au cœur.
Hier encore, nous cherchions, un peu perdus, ce qui nous lie et à quoi nous tenons. Jamais nous n'aurions imaginé que ce soit une cathédrale en flammes qui nous apporte la réponse. Cette nuit, c'est un deuil d'arches et de voûtes en ogive qui nous unit tous. Puisse demain ne pas nous rassembler autour de ruines fumantes. La perte serait trop déchirante ! Elle l'est déjà. Mais quelle étonnante communion tout de même, soudaine, immédiate, et qui déjà franchit les frontières !

5 commentaires:

Domoslo a dit…

« Les plus grands produits de l´architecture sont moins des œuvres individuelles que des œuvres sociales, plutôt l´enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie » Notre- Dame de Paris (1831), Victor Hugo. Il est assez symptomatique qu´il faille de tels évènements tragiques dans la perte pour prendre conscience de notre attachement silencieux á la valeur symbolique de notre patrimoine commun. Assister en direct par écran interposé, á l´effroyable spectacle de la combustion lente et á la destruction d´un monument national, dans notre totale impuissance, renforce la charge affective de l´évènement. Au-delà de la possible interprétation spirituelle que d´aucuns trouveront dans l´incarnation de la maison de Dieu, on ne peut occulter l´existence d´une dimension quasi charnelle qui nous lie á cette cathédrale de pierre et de bois. On touche là á un mystère de nos biens culturels collectifs qui transgressent leurs seules qualités esthétique et formelle pour témoigner d´un temps révolu, d´une valeur mémorielle, et qui á travers les siècles participent á l´édification d´une identité partagée. Certes le statut « patrimonial » est une invention moderne de nos sociétés occidentales, auquel ce même Victor Hugo a largement contribué lorsqu´il s´indignait :” Il y a deux choses dans un édifice, son usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté à tout le monde. C’est donc dépasser son droit que de le détruire» dans Guerre aux démolisseurs (Revue des deux mondes, 1829). Partie en fumée, l´immense charpente en bois de Notre-Dame, surnommée la forêt, qui surplombait la nef de pierre, révèle la fragilité de l´édifice nu, et nous fait prendre conscience de l´extrême vulnérabilité de ces œuvres humaines que l´on croit éternelles. Dans un autre registre, il nous faut aussi éprouver et accumuler de nombreuses catastrophes climatiques pour enfin entrevoir la précarité de notre destinée humaine face á notre patrimoine naturel saccagé et l´environnement planétaire maltraité. Dimension sensible de l´ouvrage Notre-Dame, comme si le geste manuel de travail et façonnage des matériaux, par ces géniaux artisans bâtisseurs du XIIe siècle créait un indéfectible lien continu de générations en générations au sein d´une communauté humaine. Dimension charnelle incarnée aussi symboliquement par Quasimodo dans son rapport quasi fusionnel aux tours de Notre-Dame, et dont ”le corps semble s´être façonné selon la cathédrale” (Victor Hugo).





xavier Coursol a dit…

Cet événement tragique est effectivement source de questionnement quand à l'attachement et ses raisons. La cathédrale Notre-Dame est avant tout un bâtiment religieux, mais qui cependant est pour tous un symbole dépassant de très loin sa fonction religieuse. On peut à cet instant se poser la question sur les raisons de cet attachement quasi-généralisé à cet édifice. Il faut souligner tout d'abord que Notre-Dame est le support d'un roman qu'il n'est pas nécessaire de citer tant son importance dans la littérature est indiscutable, mais elle est aussi citée dans de nombreuses chansons ou romans, ou encore pièces de théâtre, sans oublier la célèbre comédie musicale. Tout cela a surement contribué à former dans l'esprit de chacun un lien d'une extrême complexité, mêlé de respect pour la prodigieuse beauté de la grande dame, mais aussi de rêves, ceux transmis par toutes les grandes œuvres s'appuyant sur elle. La reconstruction sera longue et ne pourra surement pas reprendre les codes de sa construction initiale, pour autant cette reconstruction est au centre des préoccupations, ce qui met en évidence que ce n'est pas tant le monument en tant que tel qui est important mais ce qu'il véhicule, ce qu'il représente. Alors oui nous avons perdu une part de ce monument historique, un morceau de savoir faire historique, mais l'immatériel de la cathédrale reste là et est même plus fort qu'avant, ce terrible accident vient en quelque sorte de révéler à nouveau dans l'esprit de chacun l'importance symbolique de cette cathédrale, ainsi que celle des traces de notre passé, cette majestueuse cathédrale témoigne de l'histoire de Paris. A l'évidence avec cet incendie est mise en lumière l'importance de ce monument, qui est à la fois religieux, mais aussi historique, et qui surtout constitue pour une part notre identité à tous de manière différente. on peut parler à son sujet d'un symbole, au sens fort du terme, car elle rassemble par delà les clivages, un peuple, les français, mais aussi et surtout une Europe bien plus jeune qu'elle qui aura besoin d'autant de temps qu'elle en a eu pour rassembler aussi fortement.

Florent Kohlenbach a dit…

« Mêlant la douleur et l’attrait, le saisissement que nous inspire la vision des ruines de ce que les hommes édifièrent, de tout leur cœur et avec bien des peines, lourde qu’elle est toujours d’une méditation sur la fragilité, a suscité, au long de notre histoire, bien des œuvres (1). » Ce que Jean-Louis Chrétien nous rappelle ici, c’est que face à cette stupeur, cet effroi pénétrant à la vue des braises qui consumèrent la flèche de Notre-Dame, notre regard s’est éclairci. Ce silence que nous entendîmes lors de ce jour funeste fut en effet le ressouvenir d’une fragilité : celle de la condition humaine et de ses plus nobles constructions. Fragilité est effectivement ce qui risque à tout moment de se rompre, d’être détruit par les sombres imprévus de l’existence. Cette fissure permanente devrait nous tourmenter, le caractère périssable des choses devrait nous hanter et orienter nos vies terrifiées vers le chemin de la prudence.

Mais ce ressouvenir de la fragilité propre à nos artifices peut aussi être l‘aube d’un jour heureux. Cette conscience de notre vulnérabilité ne doit pas signifier le commencement d’une paralysie. C’est en effet aussi à la lumière flamboyante, terrible et fascinante de ce « feu sans cesse vivant (2) » dont nous parlait Héraclite - à l’origine des grands bouleversements de notre histoire - que notre volonté de reconstruction de la beauté détruite s’est affermie. La possible brisure de notre être et des œuvres d’art peut devenir une impulsion positive qui nous appelle à l’action. Nous pourrions pourtant nous complaire dans le souvenir, nous enfermer dans les douces réminiscences des instants passés : « Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir (3). » Mais la délectation de l’odeur et la saveur n’est guère suffisante pour satisfaire nos esprits bâtisseurs. C’est dans le bâtir que nous pourrons éventuellement composer avec cette humaine fragilité et faire renaître une majestueuse présence.


1. JEAN-LOUIS CHRÉTIEN, Fragilité
2. HÉRACLITE, Fragment 30.
3. MARCEL PROUST, Du côté de chez Swann

Pauline L a dit…

Cette catastrophe m'a immédiatement fait réfléchir non pas sur la fragilité des édifices construits par la main de l'Homme, mais sur l'éternel retour. Il est intéressant de relever qu'au XIIe siècle, notre fabuleuse cathédrale, au moment de sa construction fût ravager par les flammes. Certes, ce point est peut-être anecdotique, mais n'y a-t-il pas un soupçon de répétition et de continuel retour dans ce récit?

Suite à un événement effrayant de cette envergure, une prise de conscience a saisi la France ainsi que les autres continents: Celle de la précarité des constructions humaines. En quelques secondes, les flammes ont emporté avec elles presque neuf cents années d'histoire, sans aucune possibilité de retour. Ce qui se défait ne peut se refaire à l'identique. Reconstruire Notre Dame, c'est reconstituer un symbole superficiellement et non le ressusciter.

Le plus stupéfiant est de voir à quel point s'agite les architectes autour de cette reconstruction. Nous agissons non plus par raison mais par sentiment. Cet accident nous a émus, nous a bouleversés au point où nous voulons avec hâte réparer cette majestueuse église. L'ampleur des dégâts n'a pas pu encore être expertisée, que s'annonce déjà des plans de reconstructions et de grandes déclarations sur les dégâts. Cette précipitation pourrait s'expliquer par notre obsession de maitriser la nature: Il n'est pas question de laisser les braises détruire le façonnement des hommes. Nous acceptons difficilement que nous ne pouvons dominer la nature et le temps. Toutes les choses que nous pouvons réaliser peuvent tomber en ruine en plus de temps qu'il n'a fallu pour les bâtir.

Il y a toujours dans l'accident, la prise de conscience de ce que nous venons de perdre: ici, l’inestimable édifice religieux qui accueillait en elle le souvenir des siècles passés. Nous prenons acte de l'impermanence du monde, de sa violence et de sa soudaineté, ce qui a pour effet de nous remettre à notre propre condition de vulnérabilité. Ce joue autour de cette tragédie notre attachement de ce qui fût, jadis. Il demeure dans cet affolement notre inclination à l'histoire. Nous avons besoin de ces lieux, de ces symboles pour connaitre ce qui nous précède et de ne pas néantiser le passé. Est-ce pour se rassurer que rien ne peut totalement disparaitre ? Cultiver et valoriser la mémoire, n'est-ce pas en quelque sorte le moyen de défier l'oubli et la mort? Nous pourrions atteindre une immortalité qui prendrait source dans le souvenir. Nous serions ainsi Ethalide à qui Mercure promit tout ce qu'il pouvait désirer excepté l'immortalité. Ainsi, il choisit la faculté de conserver la mémoire de tout ce qui lui arriverait lui permettant vivant ou mort de garder souvenir de toute chose. Ces lieux historiques que nous tenons tant à conserver des effets dévastateurs du temps, n'est-ce pas par volonté de survivre et de défier l'éternité que nous pouvons espérer ?

Nous avons besoin de ces témoins pour donner une valeur à l'existence des Hommes. La stabilité est une fiction qui nous permet d'agir car si nous nous confrontons à l'idée que rien ne perdure, nous ne ferions plus rien.

Adrianna a dit…

Après 5 ans de relation avec mon petit ami, il a soudainement changé et a cessé de me contacter régulièrement. Il proposait des excuses pour ne pas me voir tout le temps. Il a cessé de répondre à mes appels et à mes sms et il a cessé de me voir régulièrement. J'ai ensuite commencé à le rencontrer avec différentes amies de filles, mais à chaque fois, il disait qu'il m'aimait et qu'il avait besoin de temps pour réfléchir à notre relation. Mais après que j’ai contacté (padmanlovespell@yahoo.com), Dr.Padman du temple des sorts jeté un sortilège d’amour et après un jour, mon petit ami a commencé à me contacter régulièrement et nous avons emménagé ensemble au bout de quelques mois et il était plus ouvert à moi. qu’avant et il a commencé à passer plus de temps avec moi que ses amis. Nous nous sommes finalement mariés et nous sommes maintenant mariés avec bonheur depuis 2 ans avec un fils. Depuis que le Dr. Padman de padmanlovespell@yahoo.com m'a aidé, mon partenaire est très stable, fidèle et plus proche de moi qu'auparavant