On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

samedi 21 mars 2009

Paul Jorion : la fin du capitalisme (suite)

Explication de Paul Jorion reçue sur le courrier des abonnés à la Revue du Mauss :
"L'annonce de la mort du capitalisme est-elle prématurée ?
Certains me demandent : « Fin du capitalisme ? Vous n'exagérez pas ? » La réponse est non : je ne fais jamais dans l'alarmisme. Et je suis très prudent quant à mes titres.
Souvenez-vous de mon premier blog intitulé Le déclenchement de la crise du capitalisme américain, il faisait suite à un courrier que j'avais envoyé à mes amis du MAUSS (Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales) quelques jours auparavant. Regardez bien la date : le 28 février 2007. Croyez-vous que j'aie eu à regretter depuis mon titre « tonitruant », voire « alarmiste », ou même la date que j'avais choisie ?
Le « quantitative easing » de 300 milliards $, accompagné d’un relèvement du plafond des achats de Residential Mortgage-Backed Securities (RMBS) émises par Freddie Mac et Fannie Mae de 500 milliards $ à 1.150 milliards $ et l'achat possible de 200 milliards de leur dette (tous produits dont les Chinois continuent de se délester rapidement dans un contexte où l'immobilier résidentiel américain poursuit sa plongée), c'est bien entendu la guerre ouverte avec ceux qui possèdent dans leurs coffres des quantités énormes de dollars : en particulier la Chine, le Japon, le Corée et Taiwan.
Mais ce n'est certainement pas une mesure prise de gaieté de coeur, car le moment n'est pas bien choisi, c'est le moins qu'on puisse dire ! pour les États-Unis de déclarer la guerre à la Chine, c’est tout simplement parce qu'avec des taux courts déjà à zéro, on est bien obligé de passer de la très mauvaise arme qu'est la manipulation des taux d'intérêts à une arme pire encore : créer de l'argent non pas parce que de la richesse a été créée mais simplement parce qu'on en manque : parce que trop de reconnaissances de dettes étaient des serments d'ivrogne. C'est une mesure désespérée, et c'est pour cela que j'évoque la « fin du capitalisme » : on brûle la dernière cartouche. Une fois constaté que le « quantitative easing » n'a rien donné (ou a donné le contraire de ce qu’on espérait), il n'existe plus de stratégie de rechange.
Les États-Unis auraient pu emprunter la voie d’un New Deal, et l'on serait resté dans le cadre d’une « posture C », au sens de Granier : le système ancien se serait métamorphosé en un nouveau système. Au lieu de cela, l'Amérique tente en ce moment (merci Mrs. Geithner et Summers) de sauver le navire d'un capitalisme pur et dur, mais le bateau sombre à vive allure, et les premières mesures du Président Obama sont, il faut bien le constater, un cafouillage affligeant bien que d’un montant faramineux. En s'accrochant au rêve de la « posture B » (le système retrouvera, bien que difficilement, sa forme originelle) grâce au recours promis aux armes secrètes que sont la suppression de la « cote-au-marché » (on inventera désormais de toutes pièces les chiffres comptables) et l'interdiction de la vente à découvert (qui permettra aux prix de se contenter de grimper), l'administration Obama, capitulant devant le monde des affaires, assure le succès de la « posture D » : le système actuel est irrécupérable et sera remplacé par quelque chose d'entièrement neuf. Notez bien : ce n'est pas moi qui suis en train de changer d'opinion et de passer de C à D : c'est le monde, avec l'aide bienveillante ! et j'en suis sûr, sonnante et trébuchante – de la US Chamber of Commerce.
La Chine laissera tomber le capitalisme quand ça lui chante (d'où les avertissements récents portant sur des velléités d’un nouveau Tien-An-Men) et reprendra d'un bon pas sa marche vers un collectivisme plus déterminé que jamais. L'Europe elle, contrainte et forcée, repart à cent à l'heure vers la social-démocratie… qui se fera sans les socialistes bien entendu, qui n'ont toujours pas compris ce qui est en train de se passer !
Enregistrer un commentaire