On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

jeudi 16 juillet 2009

Hannah Arendt

Hannah Arendt donna fort peu d'interviews télévisées. Celle qu'elle accorda à Roger Ferrara en 1974, un an avant sa mort, est donc d'autant plus précieuse. Elle y évoque brièvement certains des thèmes principaux de sa pensée politique : sa critique du nationalisme et de l'Etat-nation, son attachement à la pluralité des opinions, liée au refus d'une conception de la démocratie fondée sur le principe du vote majoritaire (conduisant à l'éviction des minorités), l'importance dans le système républicain des Etats-Unis de la Constitution, dont le premier but, explicitement poursuivi par les Pères fondateurs, est d'éviter l'apparition d'une tyrannie de l'exécutif.
A l'époque, l'oeuvre d'Hannah Arendt était fort peu connue en France. Seul son livre Eichmann à Jérusalem avait été lu, ayant déclenché, ici comme aux Etats-Unis, une vive polémique, en particulier dans Le Nouvel Observateur, mais pour le reste, il fallut encore presque deux décennies pour que sa pensée soit reconnue comme étant l'une des plus importantes contributions à la philosophie politique du XXe siècle.

Enregistrer un commentaire