On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

lundi 3 janvier 2011

Alfred Deller

Et puisque nous en sommes à nous abandonner à la sublime voix du contre-ténor anglais, Alfred Deller (1912-1979), la voici dans le lamento "He was despised" ("Il était méprisé") du Messie de Haendel.
L'année 2011 s'ouvre pour moi sur la furie du baroque, mais lorsque, le souffle coupé, on a presque perdu conscience en s'étouffant, je n'y reviens pas, ça peut se comprendre tout de même que ces voix-là vous chavirent le "je ne sais quoi" qu'on appelait autrefois l'âme. Il faudrait d'ailleurs nous expliquer comment ce par quoi on l'a remplacée aujourd'hui - le cerveau, un réseau de connexions nerveuses - peut être touché à ce point par la beauté de la musique. Et puis zut! On ne va tout de même pas recommencer à se disputer pour si peu et laisser monter sur scène la ribambelle de philosophes - croyants, athées, spiritualistes, idéalistes, matérialistes ou nihilistes, et encore j'ai laissé les neurobiologistes et les psychanalystes en coulisse, les théologiens restent dehors parce que s'ils s'en mêlent, c'est sûr on va en venir aux mains et quel charivari ce sera ! - qui vont à nouveau se créper le chignon. Silence ! Alfred chante et si ce n'est pas votre "âme" qui vibre, appelez cela comme vous voulez.

Enregistrer un commentaire