On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

lundi 21 février 2011

L'Emile parfait

Je n'y avais jamais songé, mais j'ai enfin compris : le prince Mychkine, l'idiot, n'est pas seulement la figure par excellence de l'anti homo oeconomicus, il est l'incarnation même de cet être que Rousseau avait revé de former et d'éduquer, ce paradoxe à peine concevable qu'est "l'homme social naturel", interprêté à la lumière des Evangiles. Mychkine est l'Emile parfait : Emile plus le Christ. Je suis en train de le démontrer, avec toutes les racines et les conséquences de cette vérité capitale du personnage. Tout se tient : l'idiotie, la bonté, l'épilepsie et l'expérience éblouissante de la plénitude de la vie.
Mais n'êtes-vous pas déjà fatigué que je vous en parle, et, bien que j'y consacre mes jours et mes nuits, voulez-vous, dites-moi, que je vous en dise davantage ? Mais, croyez-moi, l'enquête devient de plus en plus passionnante parce que chercher, et penser un peu par soi, c'est découvrir ce qu'on ne s'attendait absolument pas à trouver. Je serais heureux de partager avec vous ces découvertes au fur et à mesure qu'elles se font. Laissez-moi, je vous en prie, un message. Histoire de savoir si ce travail en laboratoire, ce work in progress, vous intéresse ou non, si vous voulez ou non être du voyage...
Enregistrer un commentaire