On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

samedi 30 août 2008

Offrande musicale

Je m'imagine quelque lecteur bienveillant, serait-il unique, attentif à suivre les billets que je poste chaque petit matin, avant que le jour ne se lève sur les fureurs du monde, et qui, déboussolé, harassé par ce que nous lui avons donné à lire et à craindre - c'est que débarquant de la lune, de sa Perse natale ou de son château de Westphalie, il aurait pris tout cela de plein fouet - aspirerait à un peu de repos. Quelle création de l'esprit apaiserait davantage notre Usbek ou notre Candide que la musique, lui assurant que, malgré tout, l'espèce humaine n'est pas une erreur funeste ?
Le choix du jour n'est pas original, mais cette courte aria, Ombra mai fu, tirée du Xerxes de Haendel (1738), et l'interprétation d'Andreas Scholl, un des plus grands contretenors contemporains, sont sublimes, tout simplement.
En voici les paroles :
"Ombra mai fu di vegetabile cara ed amabile, soave più. (Jamais ombre d'un arbre ne fut plus chère, aimable et suave)".


Enregistrer un commentaire