On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

mercredi 29 avril 2009

Ethical Theory

Tous ceux qui s'intéressent aux débats contemporains en philosophie morale qui agitent le monde anglo-saxon devraient se procurer The Oxford Handbook of Ethical Theory , publié sous la direction de David Copp (Oxford University Press, 2006, 658 pages).
La diversité et la complexité des enjeux sont fort bien présentés dans une série d'articles qui traitent 1/ des questions métaéthiques, s'interrogeant sur l'origine et la signification des concepts moraux – les problèmes ici étant soit de nature proprement métaphysique (existe-t-il ou non des "faits moraux" ? Sur ce point s'opposent défenseurs et adversaires du réalisme moral), soit de nature épistémologique (y a-t-il place ou non pour une conception cognitiviste de l'action morale ?) soit, enfin, de nature psychologique (égoïsme et altruisme, la place des émotions et de la raison dans la motivation des évaluations morales, etc.) -, 2/ des questions d'éthique normative, selon le postulat de base qu'il n'y a qu'un seul critère ultime de la conduite morale, s'agirait-il d'une seule règle ou d'un ensemble de règles, lesquelles se déploient en théories des vertus , en théories du devoir ou en théories conséquentialiste ; enfin, 3/ des questions d'éthique appliquée .
Au fil de la lecture de ces chapitres, l'on perçoit à quel point la réflexion - souvent fort technique - sur les sujets de philosophie morale intéresse bien davantage qu'en France le monde académique américain et anglais. Hormis Emmanuel Lévinas, il n'y a aucun penseur français qui fasse l'objet d'une attention particulière. Je ne suis pas sûr que ce soit par ignorance ou l'effet d'un parti-pris un peu chauvin.
Enregistrer un commentaire