On se forme l'esprit et le sentiment par les conversations, Pascal

lundi 11 juillet 2022

Site photographie

Paradoxalement, c'est en travaillant, dans le cadre d'un prochain ouvrage, sur l'expérience de la cécité qu'a surgi, les mois derniers, un intérêt sérieux pour la photographie et plus généralement pour les arts picturaux. Ce n'est pas seulement que quiconque devient aveugle compense cette perte terrible par le développement d'autres facultés cognitives. Ce qu'il développe surtout, c'est une attention aiguë au monde, plus grande que celle du voyant ordinaire à qui, exception faite de l'artiste et du poete, le monde est donné, mais qu'il ne voit pas ou si peu. La photographie, tout comme la peinture et la poésie, s'efforcent de retrouver cette expérience de la présence au monde que, nous autres voyants, avons perdue autant par négligence et indifférence que par la place qu'occupent dans nos societes les abstractions réifiantes.

michelterestchenko.com

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour M. Terestchenko, je ne saurais trop vous conseiller, si ce n'est déjà fait, le visionnage du film Black Sun (Gary Tarns, 2005) qui relate l'expérience de la cécité à 35 ans, d'Hugues de Montalembert, artiste peintre. L'intérêt tout spécial de ce film expérimental est qu'il tente de plonger le spectateur dans ce bouleversement du corps tout entier, grâce à des effets spéciaux visuels et la voix off. Avec une prise de conscience : cela peut arriver à tout le monde, quel qu'il soit, du jour au lendemain. Et l'on s'étonne alors que la société s'y prépare et accueille si mal puisque nous sommes tous, potentiellement, des personnes porteuses de handicap.
Quant à l'attention aigüe portée au monde, je ne connais pas de réflexion philosophique plus profonde que celle de la philosophe Simone Weil (cf par exemple Joël Janniaud, Simone Weil, l'attention et l'action,PUF, 2002). Je lirai avec plaisir et profit le fruit de vos réflexions. Bien cordialement, Ingrid S.